Figure imposée de la communication politique, la dénonciation des excès du capitalisme sauvage - aussi virulente qu'inoffensive - a duré le temps nécessaire à la recapitalisation des banques.

Les responsables et intellectuels dominants des puissances occidentales l'avaient, pourtant, répété à qui voulait l'entendre : l'Etat allait reprendre la main sur la finance et contrôler les banquiers.

Voilà pour les slogans de campagne. Sur le terrain, le capitalisme réel voit les plus grands noms de la politique internationale - qu'ils soient démocrates ou républicains, travaillistes ou conservateurs, socialistes ou libéraux - siéger dans les conseils d'administration de trusts et hedge funds assimilant l'économie à un portefeuille géant d'actifs. Quant aux spéculateurs d'hier, dénoncés il y a peu encore pour leur cupidité et leur irresponsabilité, ils ont déjà été réinstallés par les pouvoirs publics à la tête de commissions de sages prônant une meilleure gouvernance de la finance...

Etude détaillée de l'oligarchie financière et analyse serrée du discours social, La finance imaginaire, véritable Who's Who, rompt avec l'image désincarnée des marchés financiers que relaie, jour après jour, les penseurs de la doxa, et qui est bien faite, consciemment ou non, pour laisser impensés les véritables bénéficiaires des mesures de crise et politiques d'austérité à venir.

Livre de Geoffrey Geuens

Emission Là-bas si j'y suis du lundi 26 mars 2012

Article du Monde Diplomatique

En 1928, le Hollandais Henri Deterding, patron de la Royal Dutch Shell, réunit dans son château d'Achnacarry, en Ecosse, les présidents des six compagnies pétrolières : Standard Oil of New Jersey, Texaco, Anglo-Persian Oil Compagny, Gulf, Chevron et Mobil.

Le but de cette entrevue : exploiter le « plus... fraternellement possible » les réserves mondiales de pétrole.

Les convives concluent alors l'accord d'Achnacarry, dit aussi « des sept soeurs » (Shell, BP, Mobil, Chevron, Exxon, Gulf & Texaco) qui va sceller la prospérité de leurs sociétés. Dès lors, ces compagnies n'auront de cesse d'intriguer, de comploter et d'interférer dans la marche du monde.

En ce début du XXIe siècle, elles figurent toujours parmi les dix les plus puissantes...

En mêlant interviews de spécialistes, images d'aujourd'hui, ainsi qu'archives et reconstitutions, cette série documentaire de quatre épisodes fait revivre près d'un siècle de géopolitique à travers le prisme de l'or noir.

 

Voir les vidéos

Attentat de la piazza Fontana, Milan, 1969

Stratégie du choc pour instaurer un état d'urgence pouvant mener à un régime "fort" ...

L'orchestre Noir documentaire de Fabrizio Calvi et Frédéric Laurent, réalisation Jean-Michel Meurice (1997) : vidéo

Les grands médias, financés par la machine capitaliste, ne sont évidemment pas incités à véhiculer une vision du monde contraire aux intérêts de cette machine. Au-delà de leur prétendue « mission d’information » leur véritable rôle est plutôt de « façonner l’opinion publique », afin de lui faire accepter la domination de l’ « Empire capitaliste ».

Telle est leur rôle de « fabrique du consentement ».

C’est ce que montre le célèbre linguiste Noam Chomsky dans ce documentaire réalisé par Mark Achbar et Peter Wintonick en 1992 et justement intitulé « Manufacturing Consent » en référence à l’ouvrage éponyme de Noam Chomsky.

Partie 1

Partie 2

 

Scissions syndicales, réformisme et impérialismes dominants - 1939-1949

Annie Lacroix-Riz présente son dernier livre, paru au Temps des cerises et débat avec Bernard Friot sur le thème de l'histoire politique des syndicats :

"On est là au cœur de la conjoncture d'après-guerre qui a débouché sur la création de la Confédération européenne des syndicats (une fois « l'Europe » faite, puis sans cesse étendue) et sur la liquidation du syndicalisme combatif dans tous les pays concernés, et je me réjouis de présenter des recherches sur un terrain entièrement tabou en France, alors que la question du contrôle « extérieur » du syndicalisme, par les classes dirigeantes, non seulement nationales mais des impérialismes dominants, mérite l'attention tant des militants que des amateurs d'histoire (chercheurs, auxquels un tel type d'études académiques est de fait pratiquement interdit, et lecteurs)."

A écouter : partie 1 et partie 2

 

Le Conseil National de la Résistance

Conférence donnée à Saint-Maximin (06), le 15 novembre 2013

Vidéo

 

Les origines de la construction Européenne

Vidéo

 

Aux origines du carcan européen

Seule la récente crise, née d’une «épidémie» financière, aurait fait «dériver» le noble projet européen. «Dérive» récente d’une «Europe sociale» ou «alibi européen» indispensable à la maximisation du profit monopoliste. Annie Lacroix-Riz décrit, sources à l’appui, la stratégie, depuis le début du xxe siècle, d’effacement du grand capital français devant ses deux grands alliés-rivaux hégémoniques, l’Allemagne et les États-Unis.

Vidéo