Dématérialisation et simplification de vos fiches de paie

La direction propose la dématérialisation des fiches de paie. Chaque salarié disposera d’un « coffre-fort » électronique . Ce « coffre-fort » aura une durée de vie de 50 ans et comportera deux espaces de stockage. L’un destiné à recevoir les fiches de paie, l’autre des informations personnelles non accessibles par l’employeur (en principe).

La direction nous indique que ce système permettra d’alléger le service paie d’un ETP et demi par mois…

Ce service sera fourni par la société Novapost-PeopleDoc dont le site web n'affiche pas de mentions légales et qui ne dépose pas ses comptes au greffe (transparence ?).

Ce système devrait être mis en place à partir de juillet 2017.

Si vous souhaitez continuer à recevoir votre fiche de paie papier, vous en avez le droit. La CGT NRS tient à votre disposition un modèle de courrier de refus du bulletin électronique. Contactez-nous.

La direction a aussi mis en place la fiche de paie simplifiée. Elle est obligatoire depuis le 1er janvier 2017. Malheureusement cette « simplification » n’améliore pas la lisibilité !

Pire elle supprime une certaine transparence. Par exemple, le salarié ne connaitra plus l’organisme de retraite auquel l’employeur verse ses cotisations, ni le détail des taux et cotisations patronales. Comment alors faire valoir ses droits ? En outre, cela compliquera le contrôle du travail illégal. Si, à priori ,Orange et NRS ne sont pas concernés par ce type de pratiques, il n’en demeure pas moins que c’est un mauvais signal donné aux employeurs par les temps qui courent.

A noter doit figurer le montant total des réductions et exonérations de cotisations sociales de l’employeur. Exemple : réduction Fillon sur les salaires ≤ 1,6xSMIC (2 368€ bruts/mois). Or, d’après la communication reçue, cette mention obligatoire semble avoir été oubliée …

Nos commerciaux vont-ils devenir des « techniciens de surface » ?

A l’horizon du premier semestre 2017, les commerciaux de NRS seront tous équipés d’un poste de travail hybride, aussi appelé « surface ». Le retour des premiers testeurs est mitigé. Certains se plaignant de la complexité et de la difficulté technique pour mettre en œuvre ce nouveau matériel. Si rien n’est fait pour améliorer sa prise en main, un accompagnement par exemple, on risque de transformer nos commerciaux en « techniciens de surface » !

Au-delà du jeu de mots, l’objectif de la direction est de mettre les commerciaux de NRS au niveau d’équipements de leurs collègues d’Orange. En effet, NRS est appelé à collaborer de plus en plus étroitement avec le commerce de la maison mère (cf. notre article au-dessous).

Nous ne pouvons que nous féliciter de cette avancée technique. Mais ce serait bien que les salariés de la production puissent aussi bénéficier de surfaces dès lors que cela s’avère nécessaire dans leur travail.

Enfin une utilisation plus commode des « surfaces » !

 

 Nouvelle architecture des CHSCT à NRS

L’organisation des CHSCT de NRS vient d’être revue. La direction a rajouté les sociétés qui ont récemment rejoint NRS, à savoir Océan et Orange Healthcare. Elle a également décidé de se mettre en conformité avec la récente décision de la Cour de Cassation qui rend illégale la répartition géographique des sièges d’un CHSCT, répartition qui avait conduit, il faut le rappeler, à discriminer la liste CGT NRS fin 2014.

Cette nouvelle architecture des CHSCT sera toutefois temporaire, car dans le cadre de la loi Rebsamen, celle-ci devra encore être modifiée à l’occasion des prochaines élections professionnelles qui se tiendront fin 2017. Heureusement, car le principe de CHSCT unique et national à OAB a été reconduit. Or il est inapproprié et ne permet pas de traiter les problèmes locaux qui concernent le quotidien des salariés. Pour ces raisons, la CGT NRS n’a pas souhaité signer ces accords d’architecture.

 

Plus de souplesse dans les horaires collectifs de travail ?

Suite au tollé provoqué par le passage forcé et illégal de nombreux « cadres autonomes » à « cadres intégrés » dû à l’accord sur le temps de travail d’avril 2016, la direction a décidé de revoir sa position sans pour autant dénoncer l’accord.

Aujourd’hui, elle dit vouloir ajouter un peu plus de souplesse, en élargissant la plage horaire d’ouverture des sites. Pourquoi pas ? Mais le risque, c’est que les salariés qui ont déjà du mal à faire valoir leurs heures sup’, se sentiront d’autant moins légitimes à les réclamer !...

 

OCD : Nouvelle gouvernance

Après Global Services et OAB, c’est au tour d’Orange Cyber Défense (OCD) de devenir une « Stratégic Business Unit ». Qu’est que ça changera ?

OCD sera désormais suivie au plus près par le directeur d’Orange Business Services, qui bénéficiera d’un reporting direct et pilotera la stratégie. Plus de travail pour le service financier en perspective… Et quelle autonomie pour la direction OCD ?


OAB : Création d’une DSI dédiée

Jusqu’alors la politique de NRS consistait à regrouper et mutualiser les différents services type DSI, comptabilité, paie, services généraux, … au niveau de NRS. Changement de cap pour la filiale OAB ! En contradiction avec cette politique, une DSI spécifique est créée à OAB, elle gérera les besoins de la filiale. Les autres filiales ne sont pas concernées et la direction nous affirme que la DSI est le seul service partagé mis en cause. Meilleure efficacité ou risque de zizanie entre DSI NRS et DSI OAB ?

 

Le vendredi 9 décembre à 14h00 s'est terminé le 2nd tour du scrutin des élections partielles Orange Applications for Business et Orange Connectivity Workspace services, deux filiales de Orange NRS.

Il s'agissait d'élire les élues CE pour le collège non-cadre.

Tous les candidat.e.s que la CGT NRS a présenté au CE OAB et CE OCWS ont été élus !

Soit 2 élues au CE OAB et 2 élus au CE OCWS.

Merci aux salarié.e.s d'OAB et d'OCWS pour leur confiance !

Nous tâcherons d'être à la hauteur pour garantir au mieux leurs intérêts.

 

Basculement forcé des cadres autonomes : Tu veux ou tu veux pas ? - Ben, c’est pareil…

L’accord sur le temps de travail signé le 13 avril 2016 par la CFDT et la CFE-CGC entre désormais en vigueur. Pour rappel, cet accord auquel la CGT NRS s’est opposée, entérine le basculement forcé des cadres autonomes en cadres intégrés. 300 salariés sont concernés, 20% des effectifs !

La quasi-totalité des cadres autonomes ! Pour faire simple, seuls en sont exclus les membres du CODIR, les responsables de département, ou de DM, ainsi que certains commerciaux. Au vue des retours qu’on nous fait déjà, cette mesure suscite un vrai tollé !

Afin de contractualiser ce basculement, un avenant est proposé à chaque salarié. Chacun est libre de signer ou de refuser… Mais si on ne signe pas, le basculement s’imposera quand même (!) et il sera effectif sur la paie de janvier.

Pour se justifier, la direction nous explique qu’il s’agit de remettre de l’ordre dans une pratique historique.  En effet, par le passé, l’entreprise poussait les nouveaux embauchés à signer un contrat « cadre autonome ». Ce qui permettait de s’affranchir des heures supplémentaires. Naïvement, nous demandons donc le paiement de ces heures sup. effectuées et non payées depuis des années... Pas question ! nous rétorque-t-on. Et pour cause, la vraie raison de ce basculement forcé est d’éviter de devoir aligner le salaire de nombreux « cadres autonomes » sur les minimas conventionnels.

 

Ce passage en force est illégal, un avenant au contrat de travail doit être signé par le salarié pour être valablement accepté.

  • Si vous êtes concernés et mécontents de ce passage en force, contactez-nous : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Et surtout, à titre conservatoire, ne signez pas !