NAO 2018 – UES NRS

Pourquoi la CGT NRS n’a pas signé l’accord NRS

Comme vous l’avez certainement lu dans la communication de la direction du 20 avril 2018, l’accord NAO NRS n’a pas été signé par la CGT NRS. Pour quelle raison ?

La CGT NRS avait essentiellement porté auprès de la direction les revendications issues du sondage que nous avons fait en début d’année, c’est-à-dire VOS revendications. A savoir, une augmentation générale comme à Orange (socle minimal de maintien du niveau de vie), l’assiette de calcul sur la rémunération totale (et non sur les seuls salaires fixes, hors parts variables), l’augmentation du ticket restaurant (point accepté par la direction), le report de congé si maladie durant le congé pris, l’augmentation du nombre de jours enfants malades (car bien inférieur à celui d’Orange), etc…

90% de vos revendications ont été rejetées.

Nous considérons que nous sommes le porte-parole de vos demandes. Pour cette raison, nous n’avons pas signé cet accord qui ne représente que quelques miettes au regard des possibilités de l’entreprise. Rappelons que NRS (bientôt OBS !) est une entreprise en bonne santé, qui dégage des bénéfices et est en forte croissance. Pourquoi les salariés n’en profitent-ils pas ?

De notre côté, nous pensons que vous méritez mieux. Mais après tout, si des syndicats signent de tels accords, pourquoi la direction ferait plus ?

OAB – Emplois nearshore

Lors du CE OAB d’avril, la direction nous a fait un point de situation sur le développement du Near Shore chez OAB.

Elle se satisfait de l’accélération de la croissance des effectifs chez Sofrecom dédiées à OAB, qui suit maintenant un rythme soutenu et conforme à l’ambition de l’entreprise. En deux ans, le nombre de postes délocalisés a été multiplié par 20.

Dans sa logique de délocalisation d’emplois chez Sofrecom au Maghreb, la direction d’OAB envisage d’atteindre les 200 postes délocalisés d’ici à fin 2018.

Concertation Annuelle Obligatoire

La continuité dans le changement

 

A l’heure où le groupe Orange affiche pour la 1ère fois depuis 2009 une augmentation de +0,6% de son chiffre d’affaires en France et augmente de 8% les dividendes reversés à ses actionnaires, force est de constater que les réunions relatives au « partage de la richesse » produite (les NAO 2018) n’est pas à la hauteur des attentes des salariés et ressemble fort à celles des années précédentes.

C’est-à-dire : demande d’informations économiques détaillées restée lettre morte, pas de proposition d’enveloppe pour l’ensemble des filiales.

 

Résultat du sondage NAO 2018

Afin de coller au plus près de vos revendications, nous avions lancé un sondage début février.

Vous avez été près de 700 à répondre, soit environ 25% de participation, ce qui est un excellent taux de réponse pour ce type de sondage :

  • 72% souhaitent une augmentation générale
  • 93% souhaitent une augmentation minimale de 3%
  • 94% souhaitent également une augmentation individuelle
  • 67% souhaitent une prime
  • 62% souhaitent que l’ancienneté pour être éligible aux augmentations soit de 1 an
  • 82% souhaitent une enveloppe spécifique, hors NAO, pour les rattrapages salariaux
  • 57% souhaitent une augmentation des minima « NAO 2007 »
  • 63% souhaitent une augmentation du nombre de jours « enfants malades »
  • 37% souhaitent une augmentation de la limite d’âge à 16 ans pour les enfants malades

 

Nos revendications

Nous avons porté les revendications issues du sondage plus quelques autres (assiette de calcul sur la rémunération totale, augmentation du ticket restaurant, report de congé si maladie durant le congé pris, etc.). Ces revendications ont été passées en revue par la Direction.

90% des revendications ont été rejetées !

NAO – Sondage NAO 2018

Nous constatons que de nombreux salarié.e.s avec une ancienneté de quelques années se retrouvent avec un salaire inférieur à celui des nouveaux embauchés … qu’ils ont parfois formés !

D’autres, nombreux, ne sont augmentés que parce qu’ils sont au minimum des NAO 2007 (dont les coefficients n’ont jamais été revalorisés) et que leur salaire augmente avec le SMIC. Généralement, ce sera leur seule augmentation. Ce qui entrainera le décrochage avec les salaires des nouveaux embauchés.

Ce problème de décrochage salariale, que nous déplorons depuis plusieurs années, a été démontré par les expertises faites en CE. Les rémunérations pratiquées sur NRS sont trop faibles par rapport aux ambitions affichées. Le résultat c’est une difficulté à garder certains profils et une qualité de vie au travail qui se dégrade du fait de l’absence de reconnaissance et des injustices salariales entre collègues.

Lors de vos EI posez clairement le problème si vous êtes concernés. Dans tous les cas, il vous faut aborder la question salariale (si on vous rétorque : « tu peux aller voir ailleurs » - contactez-nous). Des entreprises comme les nôtres, capables de remonter 11 M€ de dividendes à la holding en 2016, capable d’augmenter les plus gros salaires (+32% en 3 ans sur OAB) et recevant 6 M€ de crédit d’impôt (payé par nos impôts) doivent rémunérer correctement celles et ceux qui produisent cette richesse.

Pour information l’inflation 2017 est de 1,2%. Ajoutez ne serait-ce que la hausse de la CSG de 1,7 points (7,5% à 9,2% soit +22%) et vous comprendrez que sans une augmentation d’au moins 2,9%, votre niveau de vie baissera en 2018 ! (Inflation cumulée 2007- fin 2017 : 13,8%).

Afin de cerner vos attentes concernant les NAO 2018 nous avons mis en place un sondage. Vos réponses nous permettront de porter des revendications en adéquation avec vos attentes.


Projet de simplification OBS : ça va dans le bon sens !

Lors du dernier Comité Groupe France, la CGT NRS a salué l’intégration d’Equant au sein de Orange SA et la fusion de la plupart des filiales NRS dans la structure OBS SA. Ces mesures nous semblent positives et aller dans le sens de ce que nous demandons depuis longtemps : une meilleure lisibilité et une simplification.

Nous déplorons cependant le manque de vision sur les impacts à moyen terme (doublons, sort des prestataires, etc.) et nous pointons une simplification à deux vitesses au plan social qui pérennise l'existence de deux conventions collectives. Cela institue deux types de salarié·e·s dans une même entité, ce qui empêchera la construction de collectifs de travail sains et non-pathogènes.

La CGT NRS va donc continuer à analyser les conséquences possibles de ces réorganisations sur nos conditions de travail, en particulier l’intégration des salarié·e·s des filiales NRS dans la structure OBS SA. Nous vous en tiendrons informés.

En attendant, voici une synthèse de l’expertise du cabinet APEX sur l’analyse du périmètre OBS et de ses filiales et les relais de croissance :

  • Bien que considéré par Gartner comme un leader mondial des services de communication, sur un marché en croissance, OBS n’en exploite pas pleinement toutes les opportunités. L’exercice 2016 renoue avec la croissance, grâce à la maitrise des dépenses (Plan Explore 2020 : 110 M€ réalisées en 2016, 78 M€ prévues en 2017) mais l’exercice 2017 s’annonce en recul.
  • Les ruptures technologiques fortes et des cycles d’activités réduits amènent OBS à envisager la croissance externe comme un vecteur de croissance rapide, mais l’organisation est questionnée sur son manque de lisibilité et d’efficacité dans le contexte concurrentiel des SMACS*.
  • Le projet de simplification présenté depuis le 15/01/18 présente les contours de son évolution, avec un barycentre modifié en plaçant NRS au cœur de la stratégie, mais le mode alliance tend à se généraliser, sans en traiter les défauts.
  • Parmi les relais de croissance identifiés, les objets connectés connaissent une croissance du chiffre d’affaire inférieure à l’objectif, mais la rentabilité est au rendez-vous.

 

* : Social, Mobilité, Analytics, Cloud et Sécurité

 

Intéressement : des résultats inégaux

un nouveau dispositif à construire

 

La diffusion récente des résultats financiers de l’année 2017 d’OBS a permis d’aborder le 28 février dernier le sujet de l’intéressement sous deux aspects :

  • Le versement de l’intéressement au titre des résultats de l’année 2017,
  • Le bilan du dispositif de l’accord triennal 2015-2016-2017, et l’initialisation de la négociation de l’accord 2018-2019-2020.

Objectifs 2017

 

Nous constatons des écarts importants entre les objectifs et le réel tant positif que négatif :

· OAB dépassement de 294% !

· Orange Consulting et OCD : atteinte à seulement 42%

Tous les syndicats ont remis en cause l’utilisation d’un indicateur aussi peu maîtrisé comme critère de déclenchement de l’intéressement