Organisation de l’opacité des comptes de l’entreprise

 

Jusque-là, la CGT-NRS a toujours veillé à ce qu’un cabinet d’experts indépendants et objectifs étudie annuellement les comptes de l’entreprise et en fasse une restitution, comme le prévoit la loi.

Malheureusement, à l’occasion de ce présent CE les élus CFE-CGC, disposant de la majorité absolue (6 voix sur 11), ont décidé à l’unanimité de supprimer cette avancée sociale, en votant contre la mission d’expertise.

Commerciaux à OAB : réduits à faire de la figuration ?

La direction se félicite devant nous qu’OAB bénéficie du puissant réseau commercial d’Orange DEF (agences entreprise France) et d’Orange DGC (Direction des Grands Comptes). Si cela permet effectivement « d’aspirer du business », ce dont nous ne pouvons que nous réjouir, le revers de cette situation, c’est que nos commerciaux OAB en sont souvent réduits à se contenter de la détection des prestations d’assistance technique. Les projets au forfait, grands et petits, sont déjà détectés en amont par les nombreux commerciaux d’Orange présents partout. Les commerciaux OAB seraient réduits à de simple « passe plat » ? C’est bien possible, quand on sait que nombre d’entre eux se plaignent de passer de plus en plus de temps à renseigner les nombreux process et reporting, que les décisions commerciales, concernant OAB, sont souvent prises au niveau d’Orange et que l’affectation du chiffre d’affaires est parfois arbitraire…

C’est à se demander à quoi servent nos commerciaux à OAB ?! A faire de la figuration ?

Est-ce pour cette raison que la direction cherche à leur supprimer leur voiture de fonction et à leur imposer une carte essence plafonnée ?

Comment le portail Interministériel réalisé par Orange

se retrouve étrangement propulsé en projet de recherche

 

Mardi 28 mai s’est tenu le CE IT&Labs, au cours duquel la direction a présenté, à notre demande, comment elle utilisait le Crédit Impôt Recherche (CIR) dans l’entreprise.

Cette présentation n’a pas manqué de nous surprendre, car plusieurs projets sont comptabilisés en Crédit Impôts Recherche (CIR), alors que selon nos sources, ils ne sauraient être assimilés, ni à de la recherche fondamentale, ni à de la recherche appliquée, ni à du développement expérimental. C’est pourtant le fondement légal du CIR ! (cf. instruction fiscale du 23/02/12).

Nous constatons qu’en 2012 le montant du CIR d’IT&Labs s’est élevé à plus de 1 million d’€. Au regard du résultat d’exploitation qui était de 4,67 M€ cette année-là, c’est près d’un quart de nos résultats qui sont dus au Crédit Impôt Recherche …

Nous avons notamment été surpris de voir figurer dans la liste de ces projets présentés par la direction, un projet nommé « refonte du SI », à hauteur d’un montant de 499 000 €, ce qui représente près de la moitié du CIR 2012 !

SQUARE : Un projet de réorganisation de FIME

La direction rappelle que l’activité de FIME est une « success story » qui se confirme tous les ans... Fort de ces succès, mais constatant cependant que la courbe de croissance s’affaisse aujourd’hui, le directeur de FIME a donc pris l’action de réorganiser la société. Cette réorganisation consiste essentiellement à mieux coordonner les différentes entités de FIME dont la plupart sont situées à l’étranger par un management plus centralisé. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés des mesures qui seront prises.

Retour de la carte essence pour les véhicules de fonction

La direction a décidé de remettre en service la carte essence qu’elle avait pourtant supprimée il y a quelques années,… pour faire des économies nous disait-elle alors. Attention au plafond de 350 € par mois pour l’essence et de 18 € par mois pour les frais de lavage !

Orange OAB

Compte rendu du CE du 21 avril 2015

 

Point sur la situation de FIME

La direction annonce que la croissance de FIME ne sera pas aussi optimiste que précédemment annoncée. Une des raisons : la concurrence s’organise et certains gros clients challengent notre entreprise. Par ailleurs, cette guerre des prix impliquerait une baisse de nos bénéfices.

 

Retour de l’enquête « Great Place to Work, je positive » !

Compte tenu de la façon très « orientée » et donc contestable des questions de l’enquête « Great Place to Work » (GPTW), le résultat est pourtant très mitigé sur nombre de points cruciaux.

En bref les points qui pêchent à OAB :

-          Problème d’accessibilité et d’ouverture au dialogue des managers. Difficulté de poser des questions et des réponses peu claires de leur part.

-          Problème de responsabilité : on accorde peu de responsabilités aux salariés de l’entreprise.

-          L’encadrement ne tient pas ses promesses. Il y a incohérence entre les discours et les actions de l’encadrement.

-          Insatisfaction des formations. Problème d’utilité des formations

-          Manque de reconnaissance du travail accompli.