Comme les filiales de NRS, beaucoup d'entreprise touchent le CICR soit-disant pour innover et faire de la R&D !...

Cet argent ponctionné sur nos impôts sert surtout à améliorer la rentabilité et les dividendes.

Ci-dessous une déclaration nationale de la CGT sur le Crédit Impôt Recherche, suite à la décision du Sénat de ne pas publier le rapport de sa mission d’enquête, décidée fin 2014 ! (y-aurait-il des choses à cacher ?...).



"En fait, il s’agit de camoufler ce que de plus en plus d’observateurs disent : le Crédit Impôts Recherches n’est pas efficace, il n’aide pas la Recherche : l’effort de R&D privé a diminué pendant que le CIR progressait ! En fait, ce n’est qu’une subvention donnée aux plus gros groupes.
6 Md € par an, ce n’est pas anecdotique : avec cet argent, on pourrait financer des milliers de postes de chercheurs, sortir les universités et les hôpitaux de l’endettement.

C’est un dispositif qui doit être abandonné, voire être remplacé par un impôt recherche pesant sur les grands groupes. L’argent dégagé pourrait servir à financer des services publics de la Recherche, dont un service public de la Recherche Industrielle qu’il faudrait créer en s’appuyant sur les réalisations et l’expérience du CEA (CEA Tech)."

http://stmicro.reference-syndicale.fr/2015/07/17/declaration-cgt-sur-le-credit-impot-recherche/